Menu de navigation
Barrages

Barrages

Salta

Jours trois cent douze et trois cent treize. Derrière les semi-remorques à l’arrêt, la lueur vive des pneus brûlés illumine les charrues entreposées sur la chaussée, bloquant tout passage depuis deux semaines. Les paysans énervés campent sur le bas-côté dans des caravanes improvisées. Leurs enfants, postés à l’avant du barrage, téléphone mobile à la main, font la circulation, laissant passer autobus et voiture au compte goutte.

Nous arrivons à Salta au petit matin sous une pluie torrentielle. Palmiers, architecture coloniale, rues encombrées et circulation déjantée.

Nous parcourons les agences de location de voiture pour nous dégotter la VW Gol (sans le “F”) qui nous servira de carrosse sept jours durant.

En soirée, nous salivons d’émotion lorsque le garçon du “Restaurant de la Poste” nous sert le “Biffe de Chorizo” et le petit Malbec qui va avec. Jamais, nous n’aurons mangé une viande aussi tendre et succulente.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*