Menu de navigation
Buenos Aires – La bohème

Buenos Aires – La bohème

Buenos Aires - Argentine

Jours deux cent nonante-six à deux cent nonante-huit. Dans le « micros » pétaradant qui nous emmène à l’auberge, un petit monsieur gominé et cravaté nous prend en sympathie. Il nous écrit l’adresse de son bistrot préféré au dos de sa carte de visite. Nous découvrons ainsi une jolie cour intérieure avec quelques arbres qui nous protègent d’un soleil de fin d’été. L’occasion d’un premier contact avec la « vraie » cuisine argentine. Un « biffe de chorizo », gigantesque et ineffable filet de boeuf accompagné d’un petit Malbec du coin. On adore. Et pour tout arranger, les prix sont enfin raisonnables.

Nous habitons au centre du quartier de San Telmo, rue du Chili. La pension est sympa, construite autour d’un patio et de terrasses sur de multiples niveaux. Dans notre chambre, un balcon donne sur l’artère très animée de jour comme de nuit.

Le dimanche, on flâne dans les échoppes du marché aux antiquaires. On rêve de décoration d’intérieur, de bibendum Michelin en céramique et autre enseignes Good Year des années trente. On zieute d’un air distrait les danseurs de tango pour touristes.

Dans un parking couvert désaffecté, un groupe de funk fait trembler la charpente métallique. On adore et on le leur dit.

Petit déjeuner, café serré et journal local. Le « Clarà­n » parle beaucoup de football. Un supporter de vingt et un ans s’est fait abattre après le match par un débile de l’autre clan. La routine.

Après deux jours, on connait la plupart des petits commerçants de « notre » rue. Nous développons aussi une certaine aptitude à éviter les trop nombreuses déjections canines qui jalonnent les trottoirs.

Nicolas fait des statistiques très intéressantes. « Tu t’imagines, à Buenos Aires, sept Peugeots sur dix sont des 504 ! » N’importe quoi.

On se cuisine un gratin de pommes de terre comme à la maison avec beaucoup de crème et d’ail, accompagné d’un morceau de viande comme seuls ils savent les faire par ici.

    4 Commentaires

  1. Et bientôt jour trois cent, SUPER ET BRAVO LES GNOUS !!!
    En ce jour le cap doit être franchi. Belle Vie et Bonne Santé vous ont guidés et habités en ce passionnant périple. Je suis enthousiaste à cette découverte régulière d’un nouveau calendrier, celui des Gnous. Puisse-t-il se décliner longtemps encore, en fait est-il basé sur les 365 habituels ou se déclinera-t-il bientôt par Jour-2……
    Bises à toutes de JJ

  2. J’ai dévoré vos derniers récits… toujours aussi passionnants avec des petites pointes d’humour… que du bonheur !
    Bonne continuation et à bientôt. Bises. Mam’s

  3. Je suis en train de remonter le temps de votre aventure: un Régal!
    Silvano.

  4. Bien reçu votre paquet d’Argentine. Colis coloré qui a fait sont effet au bureau de Lucens. Du coup vous avez un adepte de plus qui vous suis sur le blog.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*