Menu de navigation
Fausses plaques pour vrais suisses

Fausses plaques pour vrais suisses

Cafayate

Jour trois cent quinze. La petite Gol prend la poussière sur une “Ruta 40” cassante à souhait. Nous traversons des paysages secs et lunaires, des défilés rocheux aiguisés par les vents et l’érosion. Dans la “Quebrada de las Flechas”, les éperons se dressent vers le ciel dans un même élan.

Ici, tout semble avoir été conçu pour piquer et aiguillonner. Des cactus par milliers aux buissons d’épineux, des cailloux à crevaison aux serpents à sonnettes.

Puis la vallée s’élargi pour laisser la place aux vignobles de Cafayate. C’est ici que l’on produit notamment le fameux vin blanc “Torrontes”.

Sur la place du village, nous sommes intrigués par un véhicule de camping tout terrain trimballant de fausse plaques minéralogiques zurichoises.

Nous échangeons quelques mots (en anglais…) avec le couple Baumann, retraités suisses-allemands qui tournent autour du monde depuis quatre ans avec leur Iveco Turbo Daily 4×4 complètement aménagé. Nous leur posons des tonnes de questions en prenant des notes et retenons qu’au-delà de la Turquie, les plaques helvétiques sont inutiles, car les assurances de notre bon pays s’arrêtent aux portes de l’Orient. Malin, Monsieur Baumann, roule donc avec des imitations qui font merveilles à tous les postes frontières sans en payer les frais.

A la nuit tombée, serrés sous notre minuscule tente de montagne, nous rêvons à voix haute d’aventures familiales et mécanisées sur les cinq continents.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*