Menu de navigation
L’affaire du koumis au cyanure

L’affaire du koumis au cyanure

Barskoon

Jours huitante-neuf et nonante. Partis dans l’idée de passer la nuit sous tente au bord du lac, nous recherchons l’endroit propice. Les plages sont toutes plus belles les une que les autres. A Tamga nous nous arrêtons pour une pause baignade. Pas grand monde sur le sable, si ce n’est cette famille qui nous aborde immédiatement. Arthur, le père, accompagné de sa femme, ses deux fils, et de sa soeur et son fils. Après quelques verres de vodka, et plusieurs plongeons dans les eaux limpides nous nous retrouvons 3 heures plus tard, dans leur maison de vacances à Barskoon (ils viennent de Bishkek). Tant pis pour le camping.

Pendant que les femmes préparent le souper, nous partons avec Arthur et les garçons à l’alpage. Pour y arriver, nous empruntons, à bord de son 4×4 Toyota (il ne jure que par les voitures japonaises) le pont sur lequel un poids lourd de la société canadienne Kumtor qui exploite la mine d’or du même nom, s’est renversé en 1998, déversant deux tonnes de cyanure dans la rivière Barskoon, polluant ainsi le lac Issyk-kul pour plusieurs années. Arthur est agacé. « La mine d’or réalise 18% du PDB du pays. Mais les bénéfices sont répartis pour moitié au canadien et pour moitié au président. C’est dégueulasse ». Il reprend. « La route qui mène à la mine est la seule du pays à être entretenue chaque semaine. Elle est en meilleur état que n’importe quelle autre route. »

Sur le jailoo (alpage en kirghize) nous sommes accueillis par des bergers qui nous offrent un verre de koumis (boisson nationale à base de lait de jument fermenté). Pour ne pas offenser nos hôtes, nous buvons … non sans quelques grimaces ! S’ensuit une petite balade jusqu’à des chutes d’eau pour digérer le tout et retour à la yourte pour manger le bechbarmack.

Nous terminons la soirée à discuter avec Arthur. Il a voyagé dans toute l’Europe au volant de son camion. Sa vision de nos pays est assez lucide et éloignée du paradis que beaucoup de kirghize se font de l’occident.

    1 commentaire

  1. … enfin la suite de l’aventure continue, on s’ennuyait presque!
    On a trouvé la recette « du lait de jument fermenté » afin de vous en préparer pour fêter votre retour!
    Bonne continuation et à bientôt. Bises.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*